Les parleuses #1

Première séance de bouches à oreilles pour propagation du matrimoine littéraire

LPS_SEANCE1_EVENEMENT_EXE

Le 16 février 2019 à partir de 15h30, à la bibliothèque Rainer Maria Rilke spécialisée en littératures de l’imaginaire / 88 ter Boulevard de Port-Royal, 75005 Paris.

Les parleuses vous proposent de participer à des ateliers d’écriture,  de lecture et à une rencontre – enregistrement de podcast. Le tout explorant l’œuvre de James Tiptree jr. (1915 – 1987), autrice de science-fiction féministe.

Inscriptions  : contact@litterature-etc.com OU auprès de la bibliothèque Rainer Maria Rilke 01 56 81 10 70

15h30 → Atelier d’écriture inspiré des procédés d’écriture de James Tiptree jr. imaginé par Chloé Delaume (nombre de places limité)

OU → Atelier d’arpentage mené par Aurélie Olivier de Littérature, etc. : On divise un livre, chacun.e des participant.e.s lit une partie isolément, puis l’ensemble des particpant.e.s partage sa lecture personnelle jusqu’à ce que la discussion collective embrasse le livre dans son ensemble (nombre de places limité)

18h – 19h30 → Rencontre – échange avec ïan Larue – enregistrement du podcast sur l’œuvre de l’autrice James Tiptree Jr.

devinette1James Tiptree Jr. est le pseudonyme d’Alice Bradley Sheldon. Née en 1915 au Etats-Unis, elle commence à écrire de la science-fiction en 1967. Elle a écrit des recueils de nouvelles et deux romans : Par-delà les murs en 1978, traduit de l’américain par Elisabeth Vonarburg et Brightness Falls from the Air (1985). Pour en savoir plus, il faut venir à la première séance des Parleuses…

 

photo ïan Larue ïan Larue est l’autrice du roman de SF féministe post-patriarcal La Vestale du calix paru aux éditions l’Atalante en 2011 et nominé pour le Grand Prix de l’imaginaire en 2012. Elle a publié une vingtaine de nouvelles de SF dans des anthologies dirigées par Hélène Marchetto, Jeanne A Debats, Pierre Chaffard-Luçon, Lucie Chenu, dont une lors de la Décade de l’imaginaire de l’Atalante en 2014. Elle écrit également des essais, parmi lesquels Une vie de Démocrite, Le Masochisme ou comment ne pas devenir un suicidé de la société, Fiction, féminisme et post-modernité qui traite de la Wicca, Dis, papa c’était quoi le patriarcat ? (iXe) et Histoire de l’art d’un nouveau genre (Max Milo). Le roman de SF La fille geek paraît aux éditions du Vilain en 2018 et à la fin de la même année Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, aux éditions Cambourakis, collection Sorcières. ïan Larue fait partie du collectif RITA qui mène des recherches artistiques sur le genre apocalyptique et elle fabrique aussi des bijoux non-binaires sous le nom de ïan Blue.

chloedelaume2Chloé Delaume est la marraine 2019 du projet Les Parleuses. Elle pratique l’écriture sous de multiples formes et supports depuis bientôt deux décennies. Beaucoup de textes courts, près d’une trentaine de livres comme autant d’expériences. Romans, fragments poétiques, théâtre, autofictions. Son dernier ouvrage, Les Sorcières de la République, est paru au Seuil en 2016. Lauréate du Prix Décembre 2001, elle a été pensionnaire à la Villa Médicis 2011-2012. Elle collabore régulièrement avec des artistes; vidéastes, designers, musiciens.  Il lui arrive d’être parolière. Artiste associée au Magasin des Horizons, le Centre National d’Art Contemporain de Grenoble, elle y développe jusqu’en 2021 un chantier autour des espaces oniriques et de leurs cartographies : Dream Operator. Elle anime également à Paris des ateliers d’écriture au sein de l’école Les Mots. Son prochain livre s’intitulera Mes bien chères soeurs.

Littérature, etc. est née en 2013 sous l’impulsion d’Aurélie Olivier. L’association a depuis organisé 7 festivals, ayant vocation à faire circuler la littérature qui intéresse tout le monde et/ou n’épargne personne le plus largement possible. Son nouveau projet, Les parleuses, souhaite rétablir une représentation des genres réaliste dans la l’histoire de la littérature.

 

les parleuses

Le projet Les Parleuses organise de manière itinérante des séances de lectures par arpentage, des ateliers d’écritures, des performances, des conférences et une chaîne de podcasts ayant pour but d’en finir avec une histoire de la littérature qui invisibilise, minorise ou encore instrumentalise les textes d’autrices et donc nuit à la littérature elle-même. Le projet Les Parleuses doit son titre au livre éponyme écrit par Marguerite Duras et Xavière Gauthier, paru aux éditions Minuit en 1973. Il est le résultat d’une interview qui ne devait durer que quelques heures et qui est devenue l’entretien d’un été chez Marguerite Duras. Merci à Xavière Gauthier d’avoir si joliment accepté notre utilisation de ce titre.

A ce jour, le programme Les Parleuses, imaginé par Littérature, etc., est soutenu par La région Ile de France, La Sofia, La Maison des écrivains et de la Littérature & les 104 contributeur.trice.s de notre campagne ulule !