Littérature, etc.

Les parleuses

Gabrielle Wittkop (1920 – 2002) par Nicole Caligaris, séance 14!

Ajouté le 15 décembre 2020

Chaque mois, les Parleuses, projet à l’initiative de l’association Littérature, etc., remettent sur le devant de la scène des autrices du matrimoine littéraire, en proposant à une autrice contemporaine de se faire passeuse de l’œuvre d’une autrice historique. Pour cette dernière séance de l’année, c’est l’écriture de Gabrielle Wittkop qui sera mise à l’honneur, présentée par Nicole Caligaris.
Une séance des Parleuses s’articule habituellement autour d’un atelier d’écriture ou d’un atelier de lecture par arpentage, et se clôture par la lecture d’un texte inédit de l’autrice contemporaine sur l’œuvre de l’autrice historique.
Compte-tenu des conditions sanitaires : Le podcast est enregistré en amont, l’atelier d’écriture se déroulera en ligne et l’atelier de lecture par arpentage reporté.

Souvent qualifiée de « sulfureuse », Gabrielle Wittkop a imposé au sein de la littérature française du vingtième siècle une œuvre irréductible aux modes. Parmi ses romans les plus connus figurent Le Nécrophile, La Mort de C., ou encore La Marchande d’enfants (Verticales, 2001, 2001, 2003). En 2020, année durant laquelle Gabrielle Wittkop aurait eu 100 ans, les éditions Bourgois un texte inédit Les héritages et les éditions Quidam rééditent Hemlock.

Nicole Caligaris, née à Nice en 1959, vit et travaille à Paris. Outre quelques livres illustrés ou d’écritures fragmentaires, Nicole Caligaris a publié principalement des fictions. Au Mercure de France : La Scie patriotique (1997 ; rééd. Le Nouvel Attila, 2016) ; Tacomba (2000), Les Samothraces (2000 ; rééd. Le Nouvel Attila, 2016). Aux éditions Verticales : Barnum des ombres (2002), Les Chaussures, le drapeau, les putains puis L’Os du doute (collection « Minimales », 2003 et 2006), Okosténie (2007), Dans la nuit de samedi à dimanche (2011) et le récit Le Paradis entre les jambes (2013). En avril 2020 paraît son nouveau roman : Carnivale. Pour en savoir +, rendez-vous sur son blog Point N.

Bibliographie du podcast
Jacques Derrida, « La Pharmacie de Platon », in La Dissémination, éd. du Seuil, 1972
Petrus Borel, Champavert, 1833, Madame Putiphar, 1839
Fritz Lang, M le maudit, 1931
Bouillon de culture, du 19 janvier 2001, https://www.ina.fr/video/I17289918 François de Rosset, Histoires tragiques,1614
Jean-Pierre Camus, Les Spectacles d’horreur, 1630
Robert Musil, « Le papier tue-mouches », 1936, in Œuvres pré-posthumes, trad. Philippe Jacottet, éd. du Seuil, 1965
Raymond Roussel, Locus solus, 1914
André Pieyre de Mandiargues, L’Anglais décrit dans le château fermé, 1979
Maurice Lévy, Le Roman « gothique » anglais, 1764-1824, Albin Michel, 1995
Charles Robert Maturin, Melmoth, l’homme errant, 1820
Sade, Idées sur le roman, 1800
Matthew Gregory Lewis, Le Moine, 1796

Extraits de Gabrielle Wittkop,
éd. Verticales :
La Mort de C.— pp. 55-56
Chaque jour est un arbre qui tombe — pp. 66-68
La Marchande d’enfants — pp. 97-98
Le Nécrophile — pp. 71-72éd.
Christian Bourgois :
Les Héritages — pp. 25-26