Littérature, etc.

La poésie n'est pas un luxe

“C’était le moment d’écouter ce qui vient et de parler.” Traduire la voix des vérandas dans l’Eatonville de Zora Neale Hurston avec Sika Fakambi / ANNULÉ

Samedi 18 juin à 14h

Le Sample, 18 Av. de la République, 93170 Bagnolet

Gratuit - sur réservation

Réservation ici

“Dans la traduction, il y a quelque chose de la violence du métissage.” — Antoine Berman

“In-between is as much a place to be at home as any other.” — Frederick Cooper

Sika Fakambi traduit de la poésie, de la fiction et du théâtre. 

Crédit photo : Andrew Zawacki

Le roman de Zora Neale Hurston déploie une langue inouïe. Traduire ce texte, tenter de lui trouver voix, rythme, répondre en français à la radicalité qui en a fait un essentiel de la littérature américaine, et saisir le geste de sa langue, en l’écrivant, en la faisant résonner à d’autres oreilles, est une tâche à laquelle on s’attelle avec autant d’élan que de terreur, tant la puissance de ce roman nous oblige.

Crédit Photo : Carl Van Vechten, Chicago, 9 novembre, 1934.