Littérature, etc.

Les parleuses

Lecture – rencontre avec Maïssa Bey chez Djouheur

Samedi 6 mars 2020 à 19h, ouverture à 18h30

Chez Djouheur, 83 rue Pierre Legrand, Lille (Fives)

frais participatifs 5 euros en soutien au lieu

La Compagnie Ratibus, les Femmes de Chez Djouheur, en collaboration avec l’association Littérature, etc. vous proposent une rencontre avec l’autrice algérienne Maïssa Bey. Cette rencontre commencera par une lecture de textes extraits du livre Cette fille-là (éd. de l’Aube) par Ratiba Mokri, comédienne et se poursuivra avec un échange avec Maïssa Bey.

Maïssa Bey a suivi des études universitaires de lettres à Alger. Elle a écrit plusieurs romans, des nouvelles, des pièces de théâtre, des poèmes et des essais. Elle a reçu en 2005 le Grand prix des libraires algériens pour l’ensemble de son œuvre. Elle enseigne le français à Sidi-Bel-Abbès dans l’ouest algérien où elle réside et anime l’association culturelle Paroles et Écritures. L’objectif de cette association créée en 2000 est d’ouvrir des espaces d’expression culturelle (création d’une bibliothèque en 2005, avec organisation de rencontres avec des auteurs, ateliers d’écriture, lecture de contes, animations diverses pour les enfants…).

Restauration et bar ouvert à l’issue de la rencontre.

La Compagnie Ratibus a ouvert un lieu « Chez Djouheur »  pour les femmes du quartier de Lille Fives et d’ailleurs. Un lieu de convivialité ouvert au public féminin, un lieu d’échanges et de rencontres pour que les femmes viennent s’y retrouver, exprimer leur identité par l’outil artistique.Chez Djouheur, on vient partager un moment autour du dessin, de l’écriture, de lectures, de discussions, de cuisine, de couture, de tricot… Créer du lien, vivre des émotions, échanger nos regards sur le monde, se confronter aux différents points de vue et affirmer son sens critique. Chez Djouheur, est un espace de loisirs, de détente, de création, d’action citoyenne où l’on peut également venir boire un café, un thé… Chez Djouheur, on ouvrira les portes aux familles, aux conjoints, au public pour leur donner à voir, à écouter ce que les femmes auront réalisé lors des ateliers. Chez Djouheur, on vient y chercher sa part de rêve, de poésie, en donner à soi, aux autres.