Littérature, etc.

Le festival, etc

Lecture de Là où les chiens aboient par la queue, par Estelle-Sarah Bulle

Dimanche 20 octobre à 16h30

Église désacralisée Marie-Madeleine à Lille (27 rue du Pont Neuf)

gratuit

« Quand on apercevait un Noir à la télévision française, on s’exclamait en riant : « Qu’est-ce qu’il fait perdu là, celui-là ? » La France se renvoyait à elle-même l’image d’un peuple lisse, sans spécificités ethniques. Au cours de ce années quatre-vingt, la notion d’égalité des chances commençait sérieusement à perdre de sa force, notamment face aux réalités vécues par les premières générations d’enfants d’immigrés, nés en France, diplômés, chômeurs. Mon père défi lait de Nation à République contre le privatisations des banques, des usines automobiles, du téléphone et de la télévision. »

Là où les chiens aboient par la queue, Estelle Sarah-Bulle

Estelle-Sarah Bulle est née en 1974 à Créteil, d’un père guadeloupéen et d’une mère ayant grandi à la frontière franco-belge. Après des études à Paris et à Lyon, elle travaille pour des cabinets de conseil puis pour différentes institutions culturelles. Là où les chiens aboient par la queue, son premier roman est le récit transgénérationnel d’une famille d’Antillais pris entre deux mondes.

Elle sera accompagnée dans sa lecture par la comédienne Lyly Chartiez Mignaw, dans une mise voix de Fanny Bayard. S’en suivra une conversation avec Milady Renoir.

Milady Renoir, grâce à un quinquennat involontaire à Londres, a exercé moult métiers: femme de chambre (voyeuse), barmaid (assistante sociale), trieuse de produits en usine (chouraveuse), employée de boulangerie (gloutonne), commerciale pour des hôtels de charme (scénariste). Depuis 15 ans, elle alterne, entre autres, à Bruxelles et ailleurs, écritures en fulgurance, animation d’ateliers d’écritures sans tempérance, coordination de réseau, militantisme et élevage d’un ogre blond qui chausse du 39.

(c) Estelle-Sarah BULLE – Copyright obligatoire ©Julien Falsimagne/Leextra/Editions Liana Levi