Littérature, etc.

Les parleuses

Ingeborg Bachmann (1926-1973) par Lucie Taïeb, séance 29 !

Samedi 14 mai, à 14h

Médiathèque Françoise Sagan, Paris 10e

Gratuit sur réservation : 01 53 24 69 70 / mediatheque.francoise-sagan@paris.fr

Pour en finir avec une histoire de la littérature qui invisibilise et minorise les textes d’autrices et donc nuit à la littérature elle-même, chaque mois, les Parleuses, organisent une séance de bouche à oreilles pour propager le matrimoine littéraire. Elles invitent une autrice contemporaine à se faire passeuse de l’œuvre d’une autrice historique. La séance s’articule autour d’un atelier d’écriture, d’un atelier de lecture par arpentage et d’une performance inédite. Pour la séance 29, c’est Ingeborg Bachmann qui sera mise à l’honneur par Lucie Taïeb.

→ 14h- 16h : Atelier d’écriture par Lucie Taïeb ou atelier de lecture par arpentage par Aurélie Olivier
→ 16h30 – 17h30 : Lecture – enregistrement de podcast par Lucie Taïeb

Lucie Taïeb est née en 1977 à Paris, elle est poète, romancière et traductrice. Son premier recueil, tout aura brûlé, paraît en 2013 aux éditions Les Inaperçus. Elle publie aux éditions Lanskine La retenue (2015), depuis Distance (2017) et Peuplié (2019). En 2019, son roman Les Échappées, (éd. de l’Ogre) remporte le Prix Wepler. Depuis plusieurs années, elle mène des recherches sur la représentation et la place des déchets dans nos sociétés contemporaines. Elles ont notamment donné lieu à plusieurs publications dans la revue Vacarme et à la parution de son dernier ouvrage, Freshkills aux éditions de la Contre allée en 2020.

Ingeborg Bachmann, née le 25 juin 1926 à Klagenfurt en Autriche et morte le 17 octobre 1973 à Rome, est une figure de la littérature allemande d’après-guerre. Elle est poétesse, nouvelliste et romancière. Après avoir obtenu un doctorat de philosophie, elle rejoint le Groupe 47, un rassemblement d’écrivain.e.s et de critiques littéraires vivant en Allemagne de l’Ouest. En 1964, elle reçoit le prix Georg-Büchner pour son œuvre poétique. On peut notamment lire d’elle en français, aux éditions Actes Sud, Trois sentiers vers le lac et Journal de guerre, suivi des Lettres de Jack Hamesh à Ingeborg Bachmann, aux éditons du Seuil, Malina et Le temps du cœur, Correspondance d’Ingeborg Bachmann et Paul Celan et chez Gallimard, Toute personne qui tombe a des ailes, Poèmes 1942-1967.