édito

Chères sensibilités puissantes,

Avant tout, partager une précision lexicale, qui à vrai dire nous obsède depuis au moins 1 an, le temps de préparer, avec amour et persévérance, cette 7e édition qui s’attelle à distinguer la puissance du pouvoir. À montrer comment, le plus souvent, la puissance entre en tension avec ce même pouvoir, comment elle vient du dedans et extrait sa force de l’énonciation, de la mise en commun et de la maîtrise, là où le pouvoir s’exerce en s’appuyant sur la hiérarchie, le silence et l’exploitation.

À partir de cette distinction, prenant acte que les bonnes intentions pavent l’enfer, il ne sera pas question durant ces 5 semaines tant de se faire dorloter par des langues-solutions que d’écouter, de voir et de sentir ce que tente la littérature contemporaine, depuis nos ambivalences, pour dire la puissance, l’impuissance, le pouvoir, ses abus, le sabotage, les luttes, l’obéissance, l’empowerment et son commerce.

Louise Desbrusses, Dominique Sigaud, Marina Skalova, Arno Bertina, Daria Bogdanska, SaSo, Tracie Morris, Abigail Lang, Olivier Brossard, Chloé Delaume, bell hooks, Dorothy Allison, Camille Ducellier, Starhawk, Samira El Ayachi, Sandrine Becquet, Nathalie Quintane, Alice Diop, Eileen Myles, Rosa Luxemburg, Sappho, Marcelle Thirache, Gisèle Rapp-Meichler, Jeanne Liotta, Lisa Gill, Aya Toraiwa, Virginia Woolf, Kate Tempest, D’de Kabal, Yves Pagès, Antony Huchette, Milady Renoir, Laura Nsafou, Gia Abrassart, Sarah Demart, Gauz, Gerty Dambury, Rébecca Chaillon, Lorena Canottiere, Stefano Risso, Chauffe Marcelle… Autant d’autrices et d’auteurs que nous avons eu envie d’inviter ou de convoquer parce qu’els explorent, depuis l’écriture de textes, de films, de bandes dessinées, de musiques, de chants ou de mouvements, les poids, les privilèges et les fissures des dominations et soumissions qui marquent nos existences.

Au plaisir puissant de se retrouver donc, dans les villes et villages du Sud Artois, du Pays du Ternois, du Pays d’Opale, de la Terre des 2 caps, de Flandre intérieure, dans les médiathèques d’Halluin, de Lys-lez-Lannoy, de Lille, à l’Antre 2, puis, tou.te.s ensemble, dans l’église désacralisée Marie-Madeleine du Vieux-Lille, nouveau lieu d’accueil du festival, taillé sur-mesure pour épouser la thématique de cette édition 2018.

Bisouxxx,

Littérature, etc.

Tant que la phrase « Les ouvriers ont fait la grève » ne sera pas synonyme de la phrase « Les ouvrières et les ouvriers ont fait la grève », Littérature, etc. continuera de menacer le sexisme avec l’écriture dégenrée.